jeudi 30 mars 2017

Traits d'architecture du Château d'Oulchy
















Le principal accès du château, pour ne pas dire l'unique, se trouvait au Nord, à la suite d'une avenue plantée d'ormes séculaires, s'embranchant sur la route de boissons, et connue sous le nom à' Allée de M. le Prieur.

La porte du château avec pont-levis, autant qu'on peut en juger d'après la construction de l'arche actuelle qui sert de passage, était défendue par deux tours dont l'une, à gauche, avec meurtrière, bien conservée, sert de cachot au dépôt de sûreté du canton ; l'autre tour, côté Ouest, a disparue entièrement ainsi que l'ensemble des murs et des tours qui dominaient le bourg. Les matériaux ont servi à élever sur l'emplacement des ruines, des habitations avec jardins en terrasses, servant comme de contreforts à la masse restée debout. Il est probable que si des fouilles étaient pratiquées dans les flancs de ces ruines, face Ouest, on découvrirait l'entrée d'anciennes creuttes qui, sans doute, s'enfonçaient jusque sous le château, comme les vastes boves qui se voient encore en face dans la plupart des maisons et des fermes de la rue, où elles servaient de bergeries aux magnifiques troupeaux de M. Gonseil-Lamy, dont le nom a figuré si souvent avec honneur dans les comices agricoles régionaux.

Sur la place du château, vaste terrasse de forme rectangulaire, ombragée à l'Ouest par une magnifique allée de tilleuls dont la plan- talion remonte à plus d'un siècle, se trouvait à gauche et, au milieu, la porte principale du Prieuré, donnant accès à la cour d'honneur ; elle était flanquée de deux immenses granges servant à recueillir les dîmes du prieur.

Ces granges ont été démolies il y a plus d'un demi-siècle, ainsi qu'un grand colombier féodal dominant la basse-cour, et la porte d'entrée a été déplacée pour l'agrandissement de la place publique, dite : Sur le Château.
Chacune des deux entrées du grand corps de logis de face , ornée d'un fronton, est surmontée d'un attique que soutiennent des colon- nes doubles en pierre avec ornements sculptés, vignes et lierres enroulés autour. On remarque, à gauche, un soleil rayonnant au milieu du fronton, et à droite, de chaque côté des chapiteaux, les lettres D.A.Y.E entrelacées.
Il est probable que ces lettres sont les initiales du nom du Prieur à l'époque de la restauration de cette façade. C'est ainsi qu'à la rampe en fer du grand escalier, à l'intérieur, on voit enlacées les lettres F. R.B.
Il y a lieu de supposer que cet escalier a été construit pendant que M. François-René Baudoin était prieur d"Oulchy. (Décédé le 3 avril 1780, à l'àge de 71 ans) .
A cette façade principale et faisant retour, se rattache, à gauche, un bâtiment secondaire servant de communs.
La façade de ce grand bâtiment, du côté de l'Est, est dépourvue d'ornements ; un simple attique surmonte la porte du milieu qui communique à un vaste jardin dominant la campagne au Sud et à l'Est. Au Nord, deux terrasses en gradins donnent accès, à travers les ombrages d'un bosquet verdoyant, à une ruine massive formant le point culminant du château qui a conservé le nom de Donjon. Il ne reste plus de cette masse qu'un grand enfoncement cintré en forme déniche, mesurant trois mètres de haut, en pierres de taille et en bon état de conservation. Depuis l'installation d'un petit sémi- naire dans l'ancien prieuré, c'est-à-dire en 1818, une grande madone moderne, en plâtre, occupe la place laissée vide, depuis longtemps sans doute, au sommet de ces ruines. On se perd en conjectures sur la destination de cette espèce de belvédère. Il est vrai que de ce point dominant, l'observateur dont l'horizon s'étend depuis Fère, Saponay, Cramaille et le Grand-Rosoy jusqu'au Plessier, peut surveiller des deux côtés la grande route de Soissons ainsi que le chemin de Reims à Paris, lequel venant de Saponay passe à Oulchy-la-Ville. Ce chemin traversait perpendiculairement la grande route de Soissons.

Voici l'extrait d'une note de M. l'abbé Pécheur, Annales du diocèse de Soissons (t, I, p. 43), relative à ce dernier chemin et qui signale son ancienne importance :
« Le chemin qui porte, aux environs d'Oulchy, le nom de chemin « de Reims, est généralement large, verdoyant, quelquefois pavé de « larges grès. C'était, avant la Révolution, un chemin militaire. Il y «r passait autrefois un coche, faisant le service de Reims à Paris. « a cessé d'être fréquenté. »




La fiche historique du Château
http://maintenance-et-batiment.blogspot.fr




La ville

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oulchy-le-Ch%C3%A2teau

http://www.cc-oulchylechateau.fr





















Aucun commentaire: