vendredi 21 novembre 2014

Fiche Historique, les Châteaux-forts. Saint-Martin du Tertre





















Fiche N° XII



Armorial de La Famille Beaumont










۩   Le Château-fort de Saint-Martin du Tertre, à Saint-Martin du Tertre









Saint-Martin-du-Tertre est un village qui se situe dans le département du Val d'Oise, en région Francilienne, son château-fort (ancienne motte castrale) a été construit à 194 mètres sur la colline de Saint-Martin-du-Tertre haute de près de 200 mètres. Cette colline naturelle forme l’extrémité Sud du massif de la forêt de Carnelle, d'un diamètre de 130 mètres, elle est absolument ronde.

Datant du début XII ième, il s'agirait d'un donjon rectangulaire, tour salle de 5 à 6 mètres de largeur, pour une dimension intérieur de 4,50 mètres, munie de contre-fort. Les tours-salles en pierre sont caractéristique du XII ième. Ce donjon rectangulaire était placé tel qu'il avait une vue, une place vers les lieux éloignés, environnant, tel Luzarches, Presles, Beaumont sur Oise, vers Paris bien entendu, la limite de visibilité allait jusqu'à Ecouen. Construit de moellons et de plâtre, pourvu d'une cheminée il siègeait dans le massif forestier de Carnelle.













Dénomination : Château-Fort


Localisation :  95270, Saint-Martin-du-Tertre, département du Val d'Oise.


Région : Ile-de-France


Année de construction :  XII e Siècle




L'architecture : 

Le château-fort était une construction rectangulaire avec un massif en biais dans I'angle  du mur de refend intérieur, l'ensemble est fortement apparenté aux tours-salles ou donjons romans du XIIe siècle.

 L'espace intérieur de cette tour-salle mesurait environ 4,50 mètres de large, sa largeur extérieure était d'environ 5,50 à 5,80 mètres, sa longueur est inconnue, mais il est possible de I'estimer à une dizaine de mètres. La présence d'un massif de maçonnerie prolongeant I'extérieur de l'angle Sud-Est évoque la fondation d'un contrefort ou d'un massif de contrebutement.
Les contreforts orientés suivant la bissectrice de l'angle (sa ligne du milieu) sont un dispositif peu fréquent aux XII-XIIIe siècles.
La nature très sableuse du substrat de la butte, explique très probablement la longueur de ces contreforts, seuls à même d'assurer une stabilité suffisante à l'édifice sur la butte sableuse. L'élévation de cette tour-salle était en pierre de taille, elle possédait un massif extérieur de contre-butement, une colonne engagée était montée dans l'angle Sud-Est.
La salle basse, au moins, était voûtée, une cloison partageait I'espace intérieur en deux salles. Cette cloison paraît avoir été rajoutée après la construction. Il s'agissait d'une salle assez étroite, et le peu qui est connu de cette tour-salle ne permet pas de dire qu'il s'agit de la traditionnelle bipartition des logis ou d'autre chose.

 Lors de la démolition de la tour-salle, la rareté de la pierre de taille dans le pays, fit que tout fut récupéré et réutilisé, jusqu'aux fondations. Il est intéressant de noter que dans le village, on observe çà et là des pierres de taille, bien rectangulaires, mises en oeuvre pour la construction des murs de jardin bâtis en moellons. Les tours-salles rectangulaires en pierre sont caractéristiques de la seconde moitié du XIIe siècle. A titre de comparaison, la tour-salle de la commanderie de Saint-Jean-de-Latran à Paris (5e arrdt.), qui était située face au Collège de France, et qui fut détruite en 1854, montrent que les relevés de cette tour représentait un édifice rectangulaire, avec un espace intérieur d'environ 5,50 mètres sur dix ou onze mètres. L'ensemble mesurait une vingtaine de mètres de hauteur. La datation de cette tour est établie pour la période I 160-1 180.
 En ce qui concerne I'ensemble de la motte, la difficulté des exemples de comparaison vient du caractère original d'aménagement d'un monticule existant qui explique l'ampleur du monticule par rapport à une motte totalement artificielle. Le monticule est très régulier, bien que l'érosion et les constructions postérieures I'aient entamé, l'interprétation des micro-reliefs n'est pas totalement assurée mais si I'hypothèse de deux bâtiments se précise (la "tour" et un bâtiment attenant), on peut alors se rapprocher de I'exemple de la motte de Cléry.

 Plus proche géographiquement, la maison forte de Roissy-en-France présente quelques similitudes. La tour, rectangulaire,présente des dimensions proches de celles que nous restituons pour le bâtiment de Saint-Martin-du Tertre. Par contre, I'espace défini par les fossés de Saint-Martin n'a rien à voir avec Roissy. Si l'on prend la surface définie par les deux fossés extérieurs, le rapport est de I à 10. Le facteur topographique, essentiel à Saint-Martin-du-Tertre, du fait de l'utilisation d'une éminence naturelle, joue vraisemblablement un rôle important dans la position des fossés autour du bâtiment.


En 1994 par Marie-Claire Coste :

«Sur la carte au 1/5000 e, une butte culminant à 194 m avait été observée à Saint-Martin-du-Tertre. Sur la carte d'Etat-Major, la motte castrale de Saint-Martin du Tertre et un fossé quadrangulaire extérieur apparaissent clairement. Sur le terrain, il a été vu une butte naturelle de taille assez importante. Un fossé profond entoure cette butte sur trois côtés (au Sud, il a sans doute disparu avec les constructions récentes). A son sommet, il n'a pas été trouvé trace d'un aménagement quelconque pouvant montrer l'existence antérieure d'une motte ou d'une construction. La végétation était déjà bien avancée et les ronces ont pu nous masquer des traces».

La motte castrale avait un diamètre de 30 mètres à sa base. Le sommet était occupé par un bâtiment castral quadrangulaire et maçonné de 5 mètres de large, dont les murs avaient 45 centimètres d’épaisseur. La longueur de cette construction a été estimée à 10 ou 11 mètres, mais n’a pu être confirmée. L'ensemble mesurait une vingtaine de mètres de hauteur. La datation de cette tour est établie pour la période 1160 - 1180. Une cloison partageait l'espace intérieur en deux salles. Cette cloison paraît avoir été rajoutée après la construction. Les débris des matériaux de construction trouvés dans les remblais du fossé montrent que l’intérieur de la construction était enduit de plâtre peint. L’ensemble est donc fortement apparenté aux tours-salles du XIIème siècle. Plan topographique de la motte castrale de Saint-Martin-du-Tertre. Crédit : Revue archéologique du Vexin Français et du Val d’Oise

Lire la suite...   http://www.iasef.fr/pdf/FO-Les-mottes-castrales.pdf





Matériaux : Pierre, moellon, plâtre.





Historique :


Construit vers 1153 à la suite d'un contrat de pariage conclut entre l'abbaye de Saint-Denis et le Comte de Beaumont, promoteur du projet, terre, qui, à l'époque Carolingienne appartenait à l'abbaye de Saint-Denis, le château se présentait sous la forme d'une maison-forte.

Le bâtiment seigneurial fortifié est probablement construit à cette occasion: il est en tout cas mentionné dès 1170, mais ce n'est que sur des documents postérieurs à sa récupération par Saint-Denis qu'il sera qualifié de chastel avec une description plus précise d'une enceinte, de murs et de fossés.

Les documents les plus anciens remontent à la période carolingienne. La «cella Sancti-Martini in monte Jocundiaco» est mentionnée dans la mense conventuelle (revenu ecclésiastique des moines) de l'abbaye de Saint-Denis en 832, confirmée en 862 par Charles le Chauve. Certains attribuent ce lieu à Saint-Martin-de-Montjavout, mais la présence d'une cella (petit bâtiment ou petit enclos) appartenant à l'abbaye de Saint-Denis à Saint-Martin-du-Tertre à l'époque carolingienne est fort vraisemblable et semble confortée par un document daté de 1153 qui parle de la fondation d'une villa sur une terre inculte appartenant à Saint-Denis, près de la maison de Saint-Martin sur la colline : «Postulavit reverea idem comes ut sibi villam liceret construere, non longe illinc, in terra sancti Dyonisii inculta juxta locum qui dicitur ad domnum Martinum in Colle ».







* Le patrimoine à Saint-Martin
 http://fr.topic-topos.com/patrimoine-saint-martin-du-tertre

* Une étude sur le château féodal
http://www.academia.edu/5739271/

* Les seigneurs de Beaumont
http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Beaumont-sur-Oise.pdf




La ville de Saint-Martin du Tertre

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Martin-du-Tertre

http://www.mairie-saintmartin95.fr/












dimanche 16 novembre 2014

Fiche Historique, les châteaux-Forts. Le Puiset






























۩   Le Château-fort du Puiset, à Le Puiset











Redoutable place forte au XI et XII e siècle, fortifiée de terre, le château-fort du Puiset se situe sur la commune de Le-Puiset dans le département de l'Eure et Loir, proche de Chartres.
Au confins de plusieurs voies et routes romaine et royale, le Puiset tenait son importance. Construite au XII e Siècle, elle fut détruite un peu plus tard.
















Dénomination : Château-Fort


Localisation :  28310, Le Puiset, département de l'Eure et Loir.


Région : Centre-Val-de-Loire


Année de construction :  XI e Siècle




L'architecture : 

Redoutable place forte au XI et XIIe siècle, fortifiée de terre, l'une des plus belle qu'il soit en Ile-de-France, elle comportait une grande enceinte ovalaire de 420m de long par 260m de large en son intérieur et, refermant en son centre, une seconde enceinte plus petite d'une dimension d'environ 85m de diamètre, elle-même renforcée sur sa face interne Ouest par une motte.
 Au Nord-Est de cette grande enceinte s'élève en plus une forte motte régulière jouxtant l'extérieur du grand fossé. A l'Est le village était installé, à l'intérieur de la petite enceinte centrale, une exploitation agricole a installée ses bâtiments et éventrée la pente Est de la motte. Au XI e et XII e siècle la grande enceinte abritait un village et un marché.

La grande enceinte avec fossé et rempart de terre sommé d'une palissade en bois devait constituer le château primitif du XI e, sa grande surface en faisait une forterresse-refuge qui permettait de vraisemblablement la résidence des seigneurs, l'église et des bâtiments epars.

La grande motte extérieure du Nord-Est devait être l'élément défensif principal de cet ensemble.
 Le premier siège de Louis VI détruisit ce premier château et c'est probablement au début du XII e que Hugues de Puiset éleva le petit château central composé d'une petite enceinte circulaire, de la deuxième motte posée à l'intérieur de celle-ci, côté Ouest, et, à l'opposé, d'une sorte de bastion triangulaire encadré lui-aussi d'un fossé. La réduction de la superficie répond au souci d'alors de resserer la ligne d'attaque pour mieux la défendre, la nouvelle enceinte n'a plus le rôle de refuge de la population mais devient un véritable château-fort à rôle purement militaire..

Toute la moitié Sud de la grande enceinte a disparue ainsi que son tracé Est qui est occupé par le village, la petite enceinte centrale, elle, a été habitée par une exploitation agricole qui a installée ses bâtiments. Au XI et XIIe siècle, la grande enceinte abritait le village et le marché.
La grande motte extérieur au Nord-Est pouvait être l'élément défensif.

 Le château proprement dit était composé de deux espaces distincts : une tour en bois perchée sur la motte et la basse-cour. Elles étaient toutes les deux entourées de fossés et de palissades. En général, la basse-cour recevait la demeure du seigneur, la chapelle et les dépendances (dortoirs, salle de gardes, écuries, réserves). La tour offrait une position dominante sur le paysage alentour. Ce système de fortification original s’est développé dans tout l’Occident entre le Xe et le XIIe siècle parce qu’il était facile à édifier et peu coûteux, dans un contexte où la population était corvéable à merci. Les deux mottes du Puiset, en très bon état, restent aujourd’hui d’exceptionnels vestiges archéologiques.





Matériaux : Terre, moellon.





Historique :


Il s'agit d'une forteresse ayant appartenu aux vicomtes de Chartres,en 1112, le château fut assiégé par l'armée royale, il fallut 3 sièges pour le mettre hors d'état de nuire.

Il fut un des points chauds des plus célèbre des luttes de Louis le Gros contre la vigoureuse féodalité régionale au temps ou le petit domaine royal des premiers capétiens devait être nettoyé des barons turbulents et pillards qui y maintenaient une insécurité permanente.
Les lieux ont minutieusement été étudiés par Gabriel Fournier, les longs passages ont été consacrés par Suger.

Lors du dernier siège de Louis VI, le fossé de la première enceinte abandonnée servit d'obstacle aux assauts des troupes royale et la motte extérieur fut utilisée par le roi. Hugues III assiègè dans son petit château central, dut néanmoins capituler, et Louis le fit raser.
L'importance de ce château pouvait être due à sa situation, sur l'ancienne voie romaine allant de Sens au Mans en passant par Château-Landon, Pithiviers, Toury, Allaines et Brou. Reprise partiellement au haut moyen-age sous le nom de chemin aux boeuf, en provenance de Saint-Mathurin et de Larchant.
A seulement trois kilomètres à l'Ouest de Puiset, se trouvait le grand carrefour de voies antique d'Allaines ou convergeait en plus celles de Beauvais à Blois, et celle de Chartres à Orléans. Ces points d'ancrage, ce point de la ville expliqua surement pourquoi il a été construit une forteresse à cet endroit.

 Hugues fut enfermé à Château-Landon et dut promettre de ne plus fortifier son château, ce qu'il ne fit pas. Cette famille se poursuivit au Puiset sous le nom de la famille de Rochefort, elle s'éteignit au XIIIe siècle.














* Les Seigneurs de Le Puiset


* Eudes de Blois


* Un livre détaillant le château-fort (page 93)

* Le bourg et les ruines du château
http://www.donnees.centre.developpement-durable.gouv.fr

* Un plan de la forteresse

Sur la base Mérimée




La ville de Puiset



























Le site castral