vendredi 12 février 2016

Fiche historique, les châteaux-forts. Béhéricourt






















Fiche N° II



Armorial appartenant à la France des capétiens

 





۩   Le Château-fort de Béhéricourtà Béhéricourt.










Bâti sur une boucle en haut d'une colline dominant l'Oise  située au Sud de la commune, ce château-fort Oiselien a surement été construit pour protéger Noyon, Compiègne et les terres suivantes.... Situé à 30 kilomètres de Compiègne, au Sud, 3 kilomètres de Noyon à l'Ouest, et une trentaine de kilomètres de Tergnier à l'Est, le site s'intègre dans une plaine herbacée et de culture courant à l'infini....


















Dénomination : Château-fort


Localisation :  60400 Béhéricourt 


Région : Hauts-de-France (Oise)


Année de construction :   XIe siècle





Architecture : 











Le château vieux construit à la fin du XIe siècle par l’évêque de Noyon, est composé d'un donjon carré en brique rose et d'un logis attenant, s’étendant vers l'ouest et surmontés de trois étages.

Construit à flan de colline, le château est divisé en deux espaces distincts, sur le plan du château féodal à double enceinte, d'une part la basse-cour, au sud, qui s’étend en pente douce jusqu’à l'ancienne route.
D'autre part la haute-cour, au Nord, enceinte de sa fortification castrale abrite le four banal, le pressoir banal et la chapelle, aujourd'hui sortie du domaine et faisant office d’église communale. La haute-cour à conservé sa toponymie dominante et ceinte. Le château prend place à la jonction de ses deux espaces, achevant de ceinturer la haute-cour, partie seigneuriale privée en dominant la basse-cour quelle surplombe par le dénivelé naturel du terrain.

Il subsiste de cette première habitation l'importante "bastille" ou châtelet d'entrée à l'origine seul accès à la haute cour; des parties du mur d'enceinte; les vastes celliers ainsi que les souterrains partiellement comblés; les soubassements du donjon et du logis primitif.

Le château actuel est un ensemble hétérogène de plusieurs campagnes de construction au cours des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

De l'ancien château de Béhéricourt, il y a une porte en ogive défendue par deux massifs carrés et couronnée d'une fenêtre du quatorzième siècle. La maçonnerie est belle mais dégradée.
Le premier niveau de sous-sol, du XIIe siècle, constitue le seul vestige du premier château connu à cet emplacement.
Le deuxième niveau du sous-sol sur plan en croix à 3 traverses, l'ouvrage d'entrée et le premier niveau de la tour du logis datent du XIVe siècle.
L'enceinte conserve quelques éléments médiévaux.
La partie Est du logement avec son escalier et les deuxième et troisième niveaux de la tour ont été construits vers 1679. La maison englobée dans l'enceinte date du XVIIIe siècle.
La partie Ouest du logement a été construite vers 1878 (dates portées sur les souches de cheminée). Les armes de Louis de Couste (1494), écuyer de Jeanne d'Arc, ont été récemment découvertes dans la maçonnerie du logis. Une cheminée du XVe siècle provenant de Vieux-Moulin (60) a été remontée dans le logis.





Matériaux : Pierre; grès et calcaire, moyen appareil, pierre et brique en remplissage





Historique :










Détruit par les anglais pendant la guerre de cent ans, il est de nouveau abattu par le roi Henri IV en juillet 1591 lors du siège de la ville de Noyon contre la ligue picarde.
Au XIVe siècle, Jean le Mercier, seigneur de Nouvion le Comte et Trésorier des guerres du roi, rachète le château de Béhéricourt à Jeanne de Thourotte descendante de Hugues II seigneur de Béhéricourt.
Au XVe siècle le château est la propriété de Louis de Couste, page de Jeanne d'Arc, il assista auprès d'elle au sacre de Charles VII à Reims, près duquel il tint sa bannière. On possède sa déposition, datée du 3 avril 1456 au cours du procès de réhabilitation de Jeanne. Ses armes ont été découvertes dans la maçonnerie du logis.
Au XVIe siècle, le château est propriété de Jacques d'Humières, quatrième fils du duc d'Humieres, gouverneur de Péronne.
Au XVIIe siècle, Béhéricourt, ruiné par les guerres de la ligue, est acquis par le baron de Hautefort, qui y entreprend avec son épouse bien dotée, d'important travaux de réaménagement, qu donne à la tour sud et au donjon son apparence actuelle. Le dernier baron de Hautefort et propriétaire de Béhéricourt, impliqué dans la conspiration des prisons, fut condamné à mort le 19 messidor de l'an II et guillotiné en place de Grève à Paris, actuelle place de l'Hôtel de ville. Racheté par Radix de Sainte-Foix au début du XIXe siècle, le château subit des mutilations, Sainte-Foix, personnage ambigu de cette fin de siècle, surintendant des finances du comte d'Artois, à la fois personnage de cour et révolutionnaire opportuniste; tire profit de l'instabilité politique de cette époque en se portant acquéreur à bas prix d'importants biens nationaux, à l'instar du château de Pierrefonds ou l'abbaye d'Ourscamp.










Le patrimoine à Béhéricourt

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr




Le site Gallo-romain
http://www.persee.fr



* Le château
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_B%C3%A9h%C3%A9ricourt


Les peintres de la vallée de l'Oise
http://www.lespeintresdelavalleedeloise.fr/



La vallée de l'Oise, tourisme
http://www.valdoise-tourisme.com/fr/val-d-oise/incontournables/l-isle-adam.php




La ville de Béhéricourt
https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9h%C3%A9ricourt


http://www.conseil-general.com/local/mairies-villes-communes/mairie-behericourt-60400.htm








Plan cadastral du château














Aucun commentaire: