dimanche 29 octobre 2017

Fiche Historique, les Châteaux-Forts. Conty




















Fiche N° I  









۩   Le Château de Conty, à Conty

Situé dans la vallée de la selle, au confluent de deux rivières: la Selle et l'Evoissons, à quelques encablures du département de l'Oise proche d'Amiens, Conty, bordé de nombreux villages ruraux, était doter de châteaux, d'églises et de moulins à eau. Entourée de places fortes, Conty fut elle aussi, un lieu important.











Dénomination : Château-Fort (détruit)


Localisation :  80160,  Conty, département de la Somme.


Région : Hauts-de-France



Année de construction : 






Le château de ce bourg existait sur une butte qui se remarque au milieu de la place, son étendue était considérable, il se tenait à l' ouest au bois de Conty, à l' est à la grande place, au sud aux masures de la rue Verte et au nord à l' église Saint Antoine. On entrait dans ce château par quatre pont-levis placés vis à vis de chaque entrée. Il formait un carré de 60 mètres de coté, munit en son milieu d'une tour de 40 mètres de hauteur, au sommet de laquelle on apercevait celles des châteaux de Folleville et de Famechon avec lesquelles on pouvait correspondre aisément en temps de guerre.
Il ne reste du château de Conty qu'une motte très élevée qui domine le bourg et même l' église. Des souterrains et des caves ont été découvert dont on peut retrouver les entrées ou les sorties dans les bois des environs., sur la butte du donjon on a trouvé au XIXe siècle dans un puits maçonné jusqu à 16 mètres et plus bas creusé dans le roc jusqu' à environ 37 mètres de profondeur les objets suivants; le sceau en cuivre de Me Jean Le Quien, deux ailes d' anges en bronze, une paix émaillée en bronze avec trèfles, un Christ de Crucifix, une monnaie étrangère, le fer d' une épée, des débris d' outils et de pioches, des boulets en pierres, un marteau à marquer les arbres sur lequel était gravé un blason malheureusement altéré, un cul de lampe  (un beau travail) faisant sans doute partie d' une clef de voûte, etc...
Les murailles mesuraient 2 mètres 60 d'épaisseur.
Le château de Conty et la ville étaient fortifiés, ceinte de murailles entourées d' eau dans presque tout leur pourtour. Au moyen-âge les bourgs avaient leurs fortifications, c' était une nécessité du temps, souvent trop faibles pour soutenir les assaillants, elles suffisaient pour protéger les habitants contre les entreprises des seigneurs voisins. Dans son aveu de 1456 Colart de Mailly déclare que les maisons de Conty étaient en ruines à la suite des guerres, ce qui fut cause du rétrécissement de ce bourg. Ainsi la rue de Magny disparut complétement au moyen-âge et ne fut jamais reconstruite. Originairement, dit le Père Daire en ses manuscrits sur Conty, ce lieu était une ville murée comme l' indique un titre de 1456 où il est fait mention des portes de Magny, de St Ladre, du Hamel et des anciens fossés.

Ce bourg était beaucoup plus considérable autrefois. Le malheur des guerres occasionna la ruine de nombreuses maisons, ce qui obligea de le rétrécir en 1450. Alors on y connaissait les rues Moyart, de Lombardic, de Thilloy, du Mesnil, de Pecquerine, de la Chaussée, celle ditte Ouin et la rue Verte. Il y avait aussi des moulins à draps à papier.

Parmi les fiefs qui se trouvaient dans la châtellenie de Conty, on remarquait:
Rivière du Hamel et de Luzières, du Moienbus, de Noyenne et de Rivery. Déjà, à deux reprises,  la seigneurie de Bulles fut liée au XIIe siècle avec celle de Conty, ces deux communes furent séparées à la fin du XIVe. Il est bon de faire observer ici que les seigneuries de Bulles et de Conty ne furent réunies au comté de Clermont qu'au XIVe siècle. Mais telle était la connexité qui avait uni au moyen âge Conty et Bulles. Même longtemps après la division qui eut lieu entre ces deux terres, nous les trouvons fréquemment jointes ensemble dans la rédaction des coutumes de Clermont en 1539. On comprend en effet que Robert de Conty, octroyant en 1181 une charte aux habitants de Bulles, ait transporté dans ce pays les usages qui étaient en vigueur à Conty, usages qui se perpétuèrent dans Bulles jusque vers l' établissement du code français.
La tradition veut que le château de Conty ait été construit après la destruction de ce bourg par Attila et rasé plus tard par les Normands. Ce château fut le sujet de contestations très vives entre les seigneurs de Conty et les chanoines d' Amiens.  Colart de Mailly reconstruisit un château vers 1430 qui fut pris le 23 octobre 1589 par les Ligueurs de la ville d'Amiens qui décidèrent de le détruire. Les habitants de Conty refusant de participer à la démolition Jehan de Morlencourt, échevin, et le capitaine Saint-Jean se virent chargés de cette mission par délibération de l'échevinage d'Amiens en date du 31 octobre 1589. Cette démolition exigea huit jours d'un travail harassant.

Pendant le cours du XVe siècle, à cette époque où chaque village en Picardie eut à souffrir du joug de l' Angleterre, le château de Conty, selon une autre tradition plus probable que la précédente, fut occupé vers 1428 par les capitaines La Hire et Blanchefort. Ce château étant en effet un des plus importants de notre province, il est facile de se figurer qu' il dût, avant sa destruction, jouer un certain rôle pendant les guerres qui désolèrent la Picardie au moyen-âge. Sur toutes les côtières de Normandie dit Monstrelet, jusqu à Pontoise, Clermont, Beauvais, Montdidier, Breteuil, Amiens, Abbeville et Saint Valery, les Anglais gâtaient tous les pays par les armes et par le feu. Ruiné par les Anglais au cours du XVe siècle, le château de Conty fut reconstruit par Mr Colart de Mailly.  C'est à partir de cette reconstruction que ce château devint le chef-lieu d' une Cour importante composée de nombreux vassaux.  C' était un beau spectacle que celui qu' offrait le noble manoir sous la domination des Mailly Conty, il suffirait d' un écart d' imagination qui ne conviendrait pas à l' histoire pour étaler sous les yeux du lecteur les joutes, les tournois, les chasses et les brillantes réceptions dont Conty fut le théâtre à cette époque de splendeur féodale.  A peine sorti de la maison de Mailly, le château de Conty retomba dans l' isolement et n' eut plus qu' une importance stratégique. Aussi voyons nous le comte de St Pol après avoir quitté furtivement Amiens, s' y réfugier au mois de septembre 1589.
Vers la fin de cette même année la forteresse de Conty cessa d' être un point de ralliement pour les royalistes et courba son front orgueilleux sous les coups des ligueurs d Amiens.

De nos jours, il ne reste donc plus que l'éminence sur laquelle étaient dressées la "motte féodale" puis la superbe forteresse. On pouvait ou on peut encore accéder à cette butte (la place du château) par un chemin à gauche de l'église qui mène également au « Bois de Conty » (plus de 50 hectares). D'après la chronique de l'époque, ce château aurait possédé quatre pont-levis mais, d'après la topographie des alentours, il est probable qu'il ne devait y en avoir qu'un seul qui conduisait à l'extérieur, les trois autres devaient se trouver à l'intérieur de l'enceinte des fortifications. Les murs avaient environ 58 mètres de longueur sur chacune des faces, ce qui donne une longueur d'environ 58,30 mètres. Il paraît que leur hauteur était également de 60 mètres ! Les murailles étaient épaisses de 2,60 mètres, bordées de fossés presque sur tout le pourtour.





  Matériaux : Pierre





Les seigneurs de Conty, une longue chronologie de châtelains qui commence au XIe siècle pour se terminer au XVIIIe nous rencontrerons la construction de l église St Antoine et la destruction du château-fort de Conty en 1589.
Dès le XIe siècle une organisation féodale s' était établie à Conty puisque le plus ancien seigneur de ce lieu nommé Oger de Conty apparaît en 1044.
En 1066, Eustache, le premier connu des vidames d' Amiens, érigea en collégiale l' église St Martin de Picquigny et créa huit chanoines pour la desservir.













Une notice sur l'église, le château, la seigneurie
Notices communale
http://cassini.ehess.fr/cassini



La Ville de Conty





































Aucun commentaire: