lundi 19 septembre 2016

Fiche historique, les châteaux-forts. Villers-Cotterêts























Fiche N° XX





 





۩   Le Château-fort de Noué, à Villers-Cotterêts



La commune est située au sud du département de l'Aisne en bordure du département de l'Oise. La forêt domaniale de Retz occupe une bonne moitié de son territoire. Le château-fort a été construit à Puiseleux son hameau.













Dénomination :  Château-fort


Localisation :  02600 Villers-Cotterêts, sur le bourg de Pisseleux, département de l' Aisne.


Région : Hauts-de-France (Picardie)

Année de construction :  X-XIe siècle 





Architecture : 

Le premier château connu au lieu-dit la Noue ou la Noüe aurait été construit à la fin du Xe ou au tout début du XIe siècle au bourg de Pisseleux sur la commune de Villers-Cotterêts. Il a été remplacé par un autre château bâti au XIIIe, puis au XVe siècle (enceinte et tourelles), aménagé au XVIe siècle avec un châtelet d'entrée appelé donjon. Dans un angle de l'enceinte, un édifice carré avec une porte surmontée d'un crâne posé sur deux tibias représente la chapelle. Le colombier date également du XVIe siècle. Le logis a été remanié et seule la façade reste datable du XVIe siècle, avec une tourelle polygonale autrefois tourelle d'escalier. La façade sur le parc a été refaite au début du XIXe siècle, les dépendances, écurie étable et remise avec clapiers datent également du début du XIXe siècle. L'ensemble offre un exemple complet de manoir du XVIe siècle avec colombier et chapelle. En 1957, il devient la propriété de Madame Pauline André-Lécroart, d'une famille originaire du Nord de la France. Son fils, Charles André y crée les Pépinières du Valois qui exploitent, à Villers-Cotterêts, des vergers expérimentaux.

Son enceinte du XVe ou du XVIe siècle est assez bien conservée Elle forme un carré de 100 mètres environ de côté ses murs sont très peu élevés et pourtant surmontés d un chemin de ronde avec meurtrières. De petites tourelles sont construites tant en encorbellement que sur un pilier, la porte forme un petit donjon dont le dessous a une jolie voûte à arceaux. Au dessus de cette porte il y a une fenêtre à croisillon en pierre, des pilastres, l' encadrent de chaque côté. Les bâtiments sont presque modernes et une grande façade ornée de sculptures du côté des jardins l' est tout à fait. Près du château il existe une ferme qu' on croit avoir été le premier château de Noue.

Château en pierre de taille calcaire avec sous-sol et un étage carré desservi par un escalier dans-oeuvre symétrique en charpente, couvert d'un toit à pignon couvert et d'un toit polygonal ; colombier en moellon calcaire enduit avec rez-de-chaussée voûté d'ogives et toit conique d'ardoise ; ouvrage d'entrée en pierre de taille calcaire avec voûte d'ogives, couvert d'un toit en pavillon en tuile plate desservi par un escalier hors-oeuvre en vis en maçonnerie ; enceinte avec tourelles en pierre de taille calcaire couvertes d'un toit conique en calcaire ; communs en pierre de taille calcaire couverts d'un toit d'ardoise à pignon couvert ; logis de ferme en pierre de taille calcaire desservi par un escalier dans-oeuvre, avec toits à pignon découvert en ardoise et toits à deux pans à pignon couvert et à croupe en tuile plate ; bâtiments agricoles construits en pierre de taille calcaire et moellons de calcaire et grès (à l'exception d'un bâtiment Ouest en brique)




Matériaux: pierre de taille, moellons, briques, appareil mixte, enduit.





Historique :

La terre de Noüe fut possédée par la famille de Noüe depuis le xie siècle. Bienfaitrice de la chartreuse de Bourgfontaine et des prieurés de Collinances et Longpré en Valois, la famille obtint en 1156 d'Ancoul de Pierrefonds, évêque de Soissons le droit de construire une chapelle dédiée à saint Jacques.
Pierre II de Noüe fut obligé de vendre la terre et la seigneurie de Noüe vers 1539 au roi François Ier qui y installa Anne d'Heilly de Pisseleu, duchesse d'Étampes, sa maîtresse. Le 13 mai 1642, Robert III de Noüe vendit la ferme de Noüe aux dames religieuses de Soissons.
Après la famille de Noüe et Anne de Pisseleu, on sait que le château, en 1672, était la propriété de Denis Leroy, chevalier d'Acquêt. En 1793, c'est Louis de Foucault, son propriétaire de l'époque qui fait araser les tours et brûle les archives du château.
En 1848, le château servit de résidence au chef arabe Mohamed Ben Abdallah, dit Bou-Maza, qui après s'être rendu aux Français durant la conquête de l'Algérie fut assigné à résidence à Villers-Cotterêts. Avant 1914, un Américain du nom de Henderson en est le propriétaire.
En 1957, il devient la propriété de Madame Pauline André-Lécroart, d'une famille originaire du Nord de la France. Son fils Charles André y crée les Pépinières du Valois qui exploitent à Villers-Cotterêts des vergers, notamment expérimentaux. Charles André fut nommé Best Fruit Grower of the Year en 1989 par la Dwarf Fruit Tree Association (USA).
Le château est inscrit sur l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques : le « donjon » et la partie la plus ancienne de l'enceinte par arrêté ministériel de 1927 et l'ensemble, château, façades et toitures, colombier, chapelle et la totalité de l'enceinte et des remises par arrêté du préfet de la Région Picardie du 5 juillet 2004.













* Le patrimoine à Villers-Cotterêts

Sur la base Mérimée
http://www.culture.gouv.fr

Sur wikipédia

Un document sur le château
http://www.sahs-soissons.org



Tourisme Aisne
http://aisne.com/Tourisme-dans-l-Aisne




La ville de Villers-Cotterêts
https://fr.wikipedia.org


http://www.mairie-villerscotterets.fr/






























Aucun commentaire: