dimanche 26 janvier 2014

Descriptif du Château de La Roche-Guyon













Les transformations du Château :

La route de La Roche-Guyon à Gasny passait entre le château et le prieuré avant de gravir la colline par une charrière escarpée. Ce prieuré, fondé au XIe siècle par l’Abbaye de Fécamp, menaçait de tomber en ruine. En 1780, la duchesse d ’Enville le racheta, rasa tous les bâtiments et agrandit son parc à l’anglaise par un nouveau jardin.
Les Ponts et Chaussées profitèrent de ces changements pour retracer la nouvelle route de Gasny en longeant le potager puis en taillant dans la craie. C’est la route actuelle.


La Cour des Écuries Le duc Alexandre fit appel à son architecte Louis de Villars pour réaménager la cour basse du château, qui était jusque-là un simple glacis entouré d’un mur d’enceinte percé d’une poterne face au potager. Les travaux (1740/1745) consistèrent en la construction nouveau bâtiment,les écuries, inspirées par celles de Chantilly (1720), et destinées à remplacer les remises construites sous l’ancien rempart. Les arcades de ces remises furent prolongées afin de pouvoir abriter voitures et carrosses.Quant aux murs d’enceinte de cette cour basse, ils furent rasés et remplacés par des fossés secs afin de dégager la vue pour que l’on puisse admirer le château et ses nouvelles écuries.La grille d’entrée de la cour aux écuries, chef-d’œuvre de ferronnerie (Le Tellier), fut scellée en 1745.


* Le Pavillon de Villars

À l’emplacement du châtelet médiéval qui était jusque-là l’entrée du château, De Villars éleva un imposant bâtiment carré sur six niveaux afin d'y loger, dans les bas étages, les domestiques, chartrier et de posséder quelques appartements pour les invités sur les trois niveaux supérieurs.


* La Grande terrasse

L'ancien chemin médiéval au dessus des arcades de la cour des écuries fut transformé en une terrasse fleurie bordée d'une balustrade donnant accès à la tour carrée construite au XVI e Siècle, à l'emplacement de la porte fortifiée Ouest, qui fut donc définitivement obstruée.


* La cour d’honneur

Occupée autrefois par l'église paroissiale et diverses remises, la cour haute subit de profondes transformations, la surface en fut agrandie par une retaille de la falaise dont les déblais servirent de remblais pour le futur potager. On perça la muraille du XIVe Siècle pour créer une entrée d'honneur monumentale flanquée de pilastres.Le large vestibule donne accès à un large escalier bordé de balustrades en pierre et éclairé par deux vitraux décorés aux armes des La Rochefoucauld.
L’entrée de cette cour d’honneur est gardée par une grille qui fait pendant à celle de la cour des écuries.
À gauche de cette grille s’élevait primitivement un petit pavillon accolé au nouveau pavillon Villars (détruit depuis et remplacé par une balustrade). À droite de la grille, à l’emplacement actuel de l’accueil, un pavillon accueillait l’auditoire, la prison et divers logements pour la domesticité.
Pour fermer cette cour, au Nord, on construisit un pavillon couvert d’ardoises et décoré d’un clocheton rappelant le clocher de l’église Saint-Samson.


* Le pavillon d'Enville

La Duchesse d'Enville décida de construire un nouveau pavillon sur la terrasse Ouest qui dominait le parc du prieuré, terrasse qui avait été élevée à l'emplacement de l'entrée principale du Château, ainsi qu'un petit théâtre intimiste dans les sous-sol, des appartements de commodités au 1er étage, un jardin suspendu avec une vue imprenable sur le parc à l'Anglaise. Le pavillon D'Enville pouvait acceuillir des hôtes de marques.







Un document sur le Château, sur Guy le Bouteillier

http://www.mesqui.net/Articles_fortif/pdf/Guy-le-Bouteillier-et-La-Roche-Guyon.pdf















Aucun commentaire: